Montpellier s’envole vers Cologne

Après avoir tenu tête à Flensburg en Allemagne, les Montpelliérains ont enterré l’ogre allemand, ce dimanche dans une Aréna bouillante (29-17, FM). Une maîtrise totale sur la rencontre qui envoie le MHB outre-Rhin, pour jouer le premier final four de son histoire.

En se qualifiant en quarts, Montpellier était le premier club parti de poule basse à se hisser aussi haut dans la compétition. En décrochant son ticket historique pour le Final Four de Cologne, le leader du championnat de France a encore repoussé les limites pour rejoindre les deux premiers qualifiés, une demi-finale de Ligue des Champions qui n’avait pas été atteinte depuis 2005 et à l’époque c’était contre le Ciudad Réal de Didier Dinart. “Peut-être que nous n’étions pas à notre place en poule basse” souriait Patrice Canayer quand on lui évoquait le beau parcours de son équipe. Une performance historique des trois clubs français engagés en Ligue des Champions, toujours en course pour aller chercher le titre.

Le MHB n’avait pas le choix, plus tôt dans la journée, Nantes avait décroché sa qualification à Skjern  en arrachant le match nul (27-27) et il ne manquait plus que lui à l’appel, dans la salle d’embarquement pour Cologne et sa Lanxess Arena. Très tôt, les Montpelliérains se sont mis dans les meilleures dispositions pour ne pas avoir à subir le jeu allemand. En face, on avait du mal à répondre. Des pertes de balle inhabituelles, quelques ballons qui filaient en touche. Flensburg n’y était décidément pas et Montpellier en profitait. “Ce soir on a réussi à mettre de l’intensité défensive, parce que ces mecs là ont appris à faire des passes depuis tout petit et ce soir ils mettaient des ballons en touche, c’est pas anodin, notre défense les a gênés et ils étaient un peu paumés” constatait Vincent Gérard. Là où il avait échoué l’an passé face à Veszprem ou encore en 2016 lorsque cette même équipe de Flensburg était venue à Bougnol (27-28), Montpellier faisait le travail. “Quand on met dix buts à Flensburg après avoir fait match nul là-bas, on réalise qu’on a fait quelque chose de grand” soulignait le portier montpelliérain en grande forme.

Un Vincent Gérard décisif, une base arrière allemande absente

Cette défense n’a pas baissé d’intensité pendant les soixante minutes. Tout comme son portier, Vincent Gérard qui a fait pleurer un à un les Allemands. A commencer par la base arrière qui n’y arrivait pas. Tant bien Holger Glandorf à 2/6 ou encore Thomas Mogensen à 2/5 mais surtout Rasmus Lauge-Schmidt qui a terminé la rencontre avec un cinglant 0/5. Montpellier survolait donc la rencontre, sans vraiment être inquiété. Même si les ailiers rattrapaient le coup ce n’était pas assez pour faire face aux assauts de Jonas Truchanovicius et consorts qui eux, avaient décidé de faire vivre un véritable calvaire à leur adversaire. Bien qu’on en attendait le réveil, Flensburg n’a jamais refait surface dans la rencontre. Lorsque l’écart atteignait les dix buts (24-14, 52′), on songeait déjà à prendre ses billets pour le week-end du 26 et 27 mai dans les travées de l’Aréna. Les Blue fox sortaient peu à peu leurs banderoles “Köln on arrive” et on entendait “On est à Cologne” raisonner. Dix dernières minutes de plaisir pour les joueurs, le staff et les supporters montpelliérains qui ont eu le temps de savourer une fin de match tranquille, qui leur était toute acquise. “C’est un scénario auquel je ne suis pas trop habitué en Ligue des Champions depuis quelques années, honnêtement c’est un scénario qui me plait bien, le mérite en revient aux joueurs qui ont tenu un niveau d’engagement et de concentration pendant 60 minutes qui était vraiment excellent” se satisfaisait le coach héraultais. Montpellier a donc pu savourer son large succès (29-17, FM) avant de se retourner vers le championnat, où il n’a pas le droit à l’erreur pour aller chercher le titre.

Les statistiques :

MONTPELLIER HANDBALL – SG FLENSBURG-HANDEWITT 28:17 (14:9)
Arbitres : Zigmars Sondors, Renars Licis

Montpellier : Gérard (19 arrêts / 36 tirs dont 0/1 pén), Portner; Simonet (3/5), Villeminot (1/1), Caussé (1/1), Truchanovicius (7/8), Guigou (0/2 dont 0/1 pén), Richardson (9/17 dont 2/2 pén), Bonnefond (0/1), Faustin, Fabregas (3/3), Porte (4/7), Bingo, Afgour, Soussi, Mamdouh (1/1)

Flensburg : Andersson (7 arrêts / 25 tirs dont 1/3 pén), Møller (2 arrêts / 9 tirs); Karlsson, Glandorf (2/6), Mogensen (2/5), Svan (5/7), Wanne (2/4 dont 1/1 pén), Jeppsson (2/3), Steinhauser, Heinl, Toft (1/3), Gottfridsson (3/4), Lauge (0/5), Mahé, Rød (0/1

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *