Photographes ne donnez pas vos photos

Photographes ne donnez pas vos photos

Aujourd’hui, avec ce premier article, je voulais vous faire part d’un ressenti sur le fait de donner ses photos sans aucune contrepartie. Je ne m’adresse pas seulement aux professionnels de la photo mais également aux débutants ou à l’amateur averti. Tout le monde peut faire l’erreur, au départ, de faire des cadeaux sans contrepartie, mais avec un peu d’expérience ces erreurs ne se reproduisent plus.

Dans le souci d’amélioration de ses pratiques, le professionnel aura du rectifier cette erreur par lui-même mais peut-être pas l’amateur qui sous-estime certainement l’impact de cet acte.

Pourquoi donner ses photos ?

Donner ses photos part d’une bonne intention !

Tous les photographes peuvent avoir une bonne raison, souvent personnelle, dans le fait de donner gracieusement leurs photos. Les amateurs ne se considérant pas pro ou le professionnel à la recherche d’une visibilité sur son travail. Dans les deux cas, cette idée n’a peut-être pas été l’idée du siècle et peut avoir de grandes conséquences…

 

L’idée de se faire connaitre

 

Qu’on soit amateur ou professionnel, du moment où l’on prend des photos, c’est à la fois pour soit mais aussi pour que celles-ci soit visible des autres, d’une communauté, d’une marque, d’un client.

Un photographe quel qu’il soit a envie d’être reconnu pour son travail. Prenons l’exemple du tonton Jacky qui approuve une satisfaction personnelle quand vous lui dites que ses photos du repas de noël de la famille sont superbes.

Aujourd’hui, les médias modernes, tel que les réseaux sociaux (facebook, instagram, twitter…) sont de réelles sources de communication et de découverte de nouveaux talents. Cette question du don gratuit d’images est d’autant plus d’actualité que cette nouvelle façon de communiquer est essentiellement basée sur le contenu visuel, photos ou vidéos. Cela entraine des effets pervers comme le vol de photos, sujet prenant de l’ampleur que nous aborderons certainement par la suite.

Ballon Select EHF
Ballon Select officiel de la ligue des champions EHF

Ceci dit qui n’a jamais éprouvé une jouissance personnelle en entendant que son travail photographique plait me jette la première pierre !

Le photographe amateur est souvent fou de joie de pouvoir rendre service et d’obtenir une vraie mise en avant de son travail. Il peut même penser que cela est pour le remercier pour son assiduité. Cela est uniquement ses propres suppositions, sa propre imagination. Mais cela est faux, malheureusement. Cela rend essentiellement service au média ou marque ou club utilisant ses photos, souvent sans conditions ou contrat préalable, gratuitement.

Tout est meilleur quand c’est gratuit !

En réalité, le média, la marque ou le club a peut-être fait appel par le passé ou fait encore appel à un photographe pro et croyez-moi ils connaissent le marché et les prix du marché. La personne en charge du recrutement du photographe veut certainement se faire bien voir de ses supérieurs en annonçant qu’il a trouvé la même chose gratuite. Et il vous a trouvé. Quelle chance ! En plus vous faites du bon travail ! Vous n’allez pas refuser de donner votre photo pour la communication du club ou pour un joueur pour son compte instagram car vous avez le sentiment de vous amuser dans ce que vous faites et d’avoir la chance d’avoir été repéré. Mais croyez moi car j’ai fait cette erreur, on vous a repéré pour la qualité de votre travail avant tout !

 

Croire en soi

 

Vous commencez à comprendre que donner ses photos n’est absolument pas une solution voir même une pure bêtise…

En effet, cela va plus dévaloriser votre travail que l’inverse. Vous montrez au monde une faiblesse, un manque de confiance en vous sur la qualité de votre travail. Je ne vous demande pas d’affirmer haut et fort votre valeur mais qu’avez-vous de gratuit aujourd’hui ? Tout à un prix, dans le commerce, la vente, pourquoi cela différent dans l’art ?

L’idée, outre le fait de vous rappeler qu’on vous a contacté pour la qualité de votre travail, c’est de vous vendre au juste prix. Je ne parle pas de l’ancien jeu TV mais d’arriver à déterminer votre empreinte photographique. Il va tout naturellement avoir un delta entre vos photos et celles de Yann Arthus Bertrand, paradoxalement peut-être pas sur la qualité intrinsèque de l’image mais plus par votre aura, votre réputation voir votre e-réputation. Mais vous n’allez pas donner vos photos gratuitement pour autant.

A mes débuts professionnels, j’ai aussi commis l’erreur de donner des photos ou d’en vendre à des prix dérisoires. Très rapidement, j’ai compris que c’était de la pure bêtise. Mais c’est toujours plus facile à dire… qu’à faire.

Nikola Portner

Pourtant, si j’avais pu lire un ou plusieurs articles sur ce thème, je n’aurais peut-être pas fait toutes ces erreurs. J’ai par exemple accepté de fournir des photos gratuitement pour une exposition photo réalisé dans le local commercial d’un ami. A la lecture de cette phrase, certains se diront sûrement qu’il n’y a pas mort d’homme. Seulement, pour réaliser les photos, j’avais un cahier des charges, j’ai effectué pas mal de déplacements et j’ai fourni un vrai service gratuit. Il m’avait indiqué, à l’époque, que cela m’apporterai énormément de commandes et une grande visibilité. Autant vous dire que, cela été une excellente expérience humaine, mes parents ont pu venir vous mes photos lors du vernissage, mais ça s’arrête là. Le retour sur l’investissement du temps passé, des tirages et autres a été proches du néant. Aujourd’hui je n’ai même ai aucune information sur l’utilisation faite de mes photos numériques. Je n’ai jamais été recontacté pour une commande.

Pourtant, dans le contrat oral, il était bien clair que l’ami en question ferait ma promotion. C’était la monnaie d’échange pour le travail à réaliser. Ce qui devait me permettre de décrocher de vrais contacts dans le futur. Évidemment, comme c’était un ami, quelqu’un de confiance, il n’y avait pas de contrat écrit… Je ne suis pas fier d’avoir accepté. Bien que le challenge fut intéressant et un bon moyen de me lancer dans le monde de la photo. On apprend aussi des expériences négatives.

Aujourd’hui, à part m’avoir apporté de l’expérience pour ne plus me faire avoir, je ne retire rien du tout de ce travail gratuit sans contrepartie aucune. Le pire, c’est qu’une fois que l’on a eu du gratuit, il n’est pas simple de payer de nouveau, même si la prestation est de qualité.

Je ne tomberai pas dans la pseudo guerre entre les amateurs qui nuisent au business du photographe pro ni dans celle de tout travail mérite salaire. Mais l’idée de ce chapitre est qu’on soit amateur ou professionnel, vous devez avoir confiance en vous, à votre travail et nullement vous dévaloriser.

 

 

Réglementaire

Vous allez me dire, oui mais l’amateur il n’a pas le droit de vendre des photos normalement non ?

Oui et non. Pour ce qui est de la partie réglementaire, je vous laisse le soin d’aller faire un tour sur le blog de l’avocate Joelle Verbrugge https://blog.droit-et-photographie.com/. Vous allez y trouver tout le nécessaire pour réponse de manière appropriée à vos interrogations sur le vaste sujet du droit et de la photographie.

 

Conclusion

 

Tous les photographes font des erreurs ! Mais, afin de progresser il faut savoir en prendre compte et en tirer parti.

 

Pour résumer et vous faire encore réfléchir sur le sujet, je voulais vous faire part d’une anecdote racontée par mon ami de chez noor www.noor.pro.

C’est l’histoire d’une personne qui rentre dans une boulangerie et qui demande une baguette de pain. Jusque-là me direz-vous rien d’anormal. Cependant, cette personne part sans payer. Au moment de partir, le boulanger lui dit 1 euros. La personne répond, Mr le boulanger, je suis invité à un repas de famille avec 10 personnes, je vais parler de vous, de votre boulangerie, de votre qualité de travail, vous devez de donner gratuitement votre baguette. Qu’en pensez-vous ? Trouverez cela normal ? Pourquoi cette pratique devrait être normale dans le monde de la photographie ?